Les participants

Simon Bertrand

Simon Bertrand

Simon Bertrand


Simon Bertrand opte d’abord pour une formation multi-instrumentale au Conservatoire de Montréal, où il étudie de 1986 à 1989 la clarinette, le saxophone et la musique de chambre, tout en étant actif dans le milieu du jazz. De 1990 à 1998, il effectue un long séjour en France, où il étudie le saxophone ainsi que l’analyse et la composition avec Claude Ballif au Conservatoire de Sevran, d’où il obtient en 1994 un 1er Prix de composition à l’unanimité, premier nommé. De 1998 à 2001, soutenu par le Conseil des arts et des lettres du Québec et le gouvernement japonais, il effectue un séjour de 3 ans au Japon, où il écrit de nombreuses oeuvres pour instruments traditionnels et est conférencier invité par les Universités Toho Gakuen de Tokyo et Elizabeth de Hiroshima. De retour en 2001 à Montréal, il est nommé compositeur en résidence à la Chapelle historique du Bon-Pasteur, avec le soutien du Conseil des Arts du Canada. Il est depuis 2003 régulièrement chargé de cours à l’Université de Montréal, où il complète actuellement un doctorat en composition, et où, en 2006, son opéra Prochain départ, d’après un livret original de Stanley Péan, a été créé sous la direction de Lorraine Vaillancourt, dans une mise en scène d’Alice Ronfard. Il a plus récemment été l’objet d’un concert entier consacré à sa musique à Copenhague, au Danemark, où il vient aussi de signer la musique d’un film produit par Zentropa, compagnie du réalisateur danois Lars Von Trier.  Son catalogue d’une trentaine d’œuvres est principalement constitué d’œuvres solo ou de musique de chambre, qui sont interprétées dans de nombreux pays (France, États-Unis, Japon, Pays-Bas, Danemark…) par divers solistes et ensembles tel le Trio Maurice Duruflé, l’ensemble Pro Musica Nipponia, l’ensemble 20ième siècle de l’OSQ, le Trio Contrastes, le flûtiste Guy Pelletier, le Danish Saxophone Quartet, le Nouvel Ensemble Moderne (NEM), le Quatuor Alcan et Liu Fang (Pipa), Quasar, le Trio Fibonnaci et l’ensemble QAT. Plusieurs de ces oeuvres ont été radiodiffusées par Radio France, Radio-Canada et NHK (Japon).

José Evangelista

Jose Evangelista

Jose Evangelista

José Evangelista poursuit une démarche où il explore des façons de faire une musique basée exclusivement sur la mélodie. Il a ainsi développé, autant pour des petits ensembles que pour l’orchestre ou le clavier, une écriture hétérophone d’après laquelle la ligne mélodique, engendrant des échos d’elle-même, crée une illusion de polyphonie. Sa musique prend ses racines d’une vision très large de la tradition : à ses origines espagnoles se sont greffées les influences du gamelan indonésien, de l’avant-garde occidentale et des musiques modales. Evangelista est né à Valence (Espagne) en 1943. Il a commencé ses études musicales avec Vicente Asencio mais il a parallèlement fait des études scientifiques (licence en physique) et par la suite travaillé en informatique, ce qui l’a amené au Canada. Installé à Montréal en 1970, il a étudié la composition avec André Prévost et Bruce Mather. Depuis 1979 il est professeur à l’Université de Montréal. Également actif dans l’animation, il a été membre fondateur de plusieurs sociétés de concerts et en 1987 il a créé l’Atelier de gamelan balinais de l’Université de Montréal. Il a remporté plusieurs prix et reçu de nombreuses commandes, notamment de l’Itinéraire (Paris), du Kronos Quartet, du Groupe vocal de France, de la Société de musique contemporaine du Québec, de Radio-Canada et de Chants Libres. Ses œuvres ont été jouées au Canada, aux États-Unis, en Europe, en Asie et en Australie par des ensembles tels que l’Ensemble Modern (Francfort), le Nieuw Ensemble (Amsterdam), Music Projects (Londres), l’Orchestre philharmonique de Radio France, l’Orchestre symphonique de Montréal, I Musici de Montréal et le Nouvel Ensemble Moderne. Entre 1993 et 1995, il a été compositeur résidant à l’Orchestre symphonique de Montréal. Récemment, il a créé deux opéras, Exercices de conversation (2000 à Lyon, livret d’E. Ionesco) et Manuscrit trouvé à Saragosse (2001 à Montréal, livret d’A. Nouss d’après J. Potocki) et un monodrame, Exercices de style (2003 à Montréal, sur des textes de Raymond Queneau).

Denis Gougeon

Denis Gougeon

Denis Gougeon

  • Compositeur renommé, il a écrit plus de 90 œuvres qui vont du solo à l’orchestre, de la musique concertante (piano, guitare, cor anglais, piccolo) à l’opéra de chambre, et du conte musical jusqu’au ballet symphonique (Munich et Oslo);
  • Il a été le premier compositeur en résidence à l’OSM de 1989 à 1991;
  • Avec Gilles Vigneault, il a créé un conte musical original intitulé Le piano muet;
  • Il a composé la musique de 9 spectacles pour le Théâtre UBU dirigé par Denis Marleau;
  • Prix du Compositeur de l’année décerné par le Conseil Québécois de la Musique en 2000;
  • Prix Jan V. Matejcek décerné par la SOCAN en 2001, 2002, 2003 et 2007;
  • Prix Juno – Composition classique de l’année en 2007 pour Clere Vénus;
  • Depuis 2001, il enseigne la composition à la Faculté de musique de l’Université de Montréal.

Analia Llugdar

Analia Llugdar

Analia Llugdar

Née en Argentine en 1972, Analia Llugdar a effectué des études supérieures à l’Université Nationale de Córdoba, à l’Université Laval, puis à l’Université de Montréal où elle termine actuellement son doctorat auprès de Denis Gougeon. Plusieurs de ses oeuvres ont été entendues en Europe et au Québec par des ensembles tels que le Nouvel Ensemble Moderne, l’Ensemble Contemporain de Montréal, le Duo Prémices, l’Orchestre symphonique de Laval, le Trio Fibonacci, l’ensemble de flûtes Alizé, et Les enfants terribles (concert Codes d’Accès). Certaines de ses œuvres ont été sélectionnées pour représenter le Canada dans la 52e Tribune internationale des compositeurs (2006), lors des « Journées mondiales de la musique Zagreb 2005 », et des « Journées mondiales de la musique Hong Kong 2007 ». Au cours de sa carrière de compositrice, elle a remporté plusieurs prix, notamment de l’Orchestre de l’Université de Montréal, de la SOCAN, de CBC Radio-Canada. des Jeunesses musicales du Canada et du Conseil des Arts du Canada. Plus récemment, elle a reçu une mention au Prix Jules-Léger 2006 et elle a remporté le Prix de musique contemporaine Québec-Flandres 2007. Toujours soucieuse de la réalité contemporaine de l’homme, Analia Llugdar s’attache à une musique caractérisée par une recherche minutieuse des sonorités et des harmonies qui traduisent à la fois un discours engagé et une subtile critique artistique du monde actuel. Même si ce témoignage artistico-musical devient plus évident dans les œuvres inspirées de textes littéraires, les pièces plus abstraites gardent intimement ce même compromis.

Pierre Michaud

Pierre Michaud

Pierre Michaud

Pierre Michaud est diplômé en clarinette du conservatoire slovaque Jan Levoslav Bella avec des études complémentaires à l’Université de Moncton, à l’Université Mount-Allison et à l’Institut de recherche et de coordination acoustique/musique (IRCAM) à Paris. Il complète présentement un doctorat en composition à l’Université de Montréal sous la direction de Denis Gougeon. Il collabore à ses débuts avec la chorégraphe slovaque Zuzana Hajkova, pour qui il compose, interprète et dirige la musique pour quatre projets. Il reçoit également, dès 1997, une commande de l’Opéra d’état slovaque pour composer Satto – tanec vetra, projet de 60 minutes pour 6 danseurs et 13 musiciens. De retour au Canada en 2000, Pierre Michaud s’intéresse de plus en plus aux nouvelles technologies et à leurs applications dans le processus de création. Dans un esprit de synthèse, il entreprend présentement l’écriture d’un opéra en 3 actes basé sur La métamorphose de Franz Kafka.
Ses œuvres ont été entendues dans une dizaine de pays d’Amérique, d’Europe et d’Asie. Son talent a été récompensé par plusieurs prix, dont ceux du Concours des jeunes compositeurs de Radio-Canada (2001) et du Concours de composition de l’Orchestre de l’Université de Montréal (2006). Ses œuvres ont été interprétées notamment par les Solistes de chambre de Bratislava, le Quatuor Arthur-Leblanc, le Quatuor Claudel, la Sinfonia de Lanaudière, Suzie Leblanc, Michèle Losier, le CBC Radio Orchestra et le Winnipeg Symphony Orchestra. Sa musique a fait l’objet de diffusions nationales sur les ondes de la Radio d’état slovaque, de CBC Radio Two et d’Espace musique. Pierre Michaud est compositeur en résidence au Département de musique de l’Université de Moncton pour l’année académique 2007-08, compositeur agréé du Centre de musique canadienne et de la Ligue canadienne des compositeurs, et membre de l’Association acadienne des artistes professionnels du Nouveau-Brunswick. Il demeure à Montréal depuis 2001.

Farangis Nurulla-Khoja

Farangis Nurulla

Farangis Nurulla

Née au Tadjikistan, Farangis Nurulla-Khoja poursuit ses études de composition à l’Université de Göteborg, en Suède (Diploma of Fine Arts), à l’Université de la Californie (San Diego, avec Brian Ferneyhough et Roger Reynolds) ainsi qu’à l’IRCAM (Paris). En tant que musicienne, elle n’oublie pas que la danse est complémentaire de la musique et que le langage, notamment le langage poétique, est avant tout une série de sons signifiants. La composition est pour elle un voyage dans l’inconnu, à la recherche de sons jamais entendus, de formes jamais vues. Les œuvres de Farangis Nurulla-Khoja ont été entendues à Dushanbe (Tadjikistan), Helsinki (Finlande), Göteborg, Malmo, Vaxjo et Stockholm (Suède), Leipzig et Munich (Allemagne), Toulouse, Royaumont et Paris (France), Osaka et Tokyo (Japon), Montréal et Saint-Irénée (Canada), ainsi qu’à San Diego (États-Unis). Sa pièce pour orchestre Replica lui a valu en 2000 le Abu Gazali Prize. Ses œuvres sont jouées par des ensembles et solistes variés, parmi lesquels Ictus (Belgique), Avanti! (Finlande), l’Atelier vocal, Alexis Descharmes, Pierre-Yves Artaud (France), Nytida Musik, Gageego, Daniel Berg et le Symphony Orchestra of Musichögskolan, l’Orchestre symphonique de Göteborg, l’Orchestre symphonique de Stockholm (Suède), le Nouvel Ensemble Moderne, Quasar, Continuum, Duo Trace (Canada), Neue Vocalsolisten Stuttgart (Allemagne), International Gaudeamus MusicWeek (Hollande), New Julliard Chamber Ensemble, Chamber ensemble Noise (USA). En 2005-2006 Farangis Nurulla-Khoja a été compositeur en résidence à la Fondation Royaumont (France). Elle a par ailleurs étroitement collaboré avec le quatuor de saxophones Quasar et l’ensemble Continuum. Elle travaille actuellement à une nouvelle œuvre pour les Percussions de Strasbourg.

Sean Pepperall

Sean Pepperall

Sean Pepperall

Né en 1961 à Montréal, Sean Pepperall est doté de deux cultures distinctes de par ses origines familiales (mère francophone et père anglophone).  Après des études en sciences qui le dirigeaient tout droit vers la médecine, c’est une révélation lorsqu’il découvre la fascinante musique de Richard Wagner. Il décide alors d’abandonner le cheminement prévu et amorce avec passion et rigueur celui de la musique.   Pendant trois ans (1985-1988), il étudie en Techniques d’écriture à l’Université de Montréal sous la direction des professeurs Massimo Rossi, Serge Garant et André Prévost.  S’ensuit une entrée au Conservatoire en classe de composition sous l’égide de Gilles Tremblay et Yves Daoust. Des années d’études qui seront couronnées par la plus haute distinction : un Premier prix unanime en composition (1993). On retrouve l’influence de Wagner, de Debussy, de Varèse, de Berg et aussi de Messiaen dans son oeuvre personnelle. Sa musique est caractérisée par la simplicité structurelle empreinte du traitement classique des intervalles et aussi par la clarté du dialogue et l’intérêt mélodique. Actuellement, il enseigne la musique à titre de professeur privé tout en travaillant sur son œuvre Athora, une composition pour soprano et orchestre, ainsi que sur son opéra pour trois chanteurs (soprano, ténor, basse) et orchestre, Les aventures du docteur Pypergol.

Serge Provost

Serge Provost

Serge Provost

Né en 1952, Serge Provost est considéré comme un des compositeurs québécois les plus actifs de sa génération. Ces dernières années, il s’est particulièrement fait remarquer par des œuvres telles que : son opéra, Le Vampire et la Nymphomane, sur le livret du poète québécois Claude Gauvreau, pour lequel il s’est mérité le prix Opus de la « création de l’année » (1996) du Conseil québécois de la musique. Son second quatuor à cordes, Ventis-Arboris-Vocis, créé par le Quatuor Arditti, dans le cadre du Festival Présence de Radio France à Paris, a eu droit aux éloges de la presse internationale. Il a également écrit de nombreux articles, notamment pour la revue Circuit et l’Encyclopédie de la Musique Einaudi. Toujours à l’affût de l’évolution des courants de pensée dans divers domaines, il privilégie une démarche créatrice élargie qui s’enrichit de la fréquentation de la littérature, de l’architecture et des arts en général. De même, il favorise dans son travail l’intégration des nouvelles technologies. Serge Provost a fait ses études musicales au Conservatoire de musique du Québec à Montréal, principalement dans la classe de Gilles Tremblay, puis au Conservatoire national supérieur de musique de Paris, dans la classe de Claude Ballif. Il a également été stagiaire au Cursus de composition de l’IRCAM en 1995-96. Il est actuellement professeur de composition et d’analyse musicale au Conservatoire du Québec à Montréal.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :